The City of Prague Philharmonic - La Saga Star Wars

The City of Prague Philharmonic – La Saga Star Wars 11.90€ indisponible
  • Référence FGL : : FG 050506
  • Référence distributeur : : 3105082
  • Code-barres EAN 13 : : 3596971050825
  • Code prix : : CPFG039
  • Image haute définition (169 Ko)
Acheter ce produit sur vos plateformes préférées
TITRES
PRESENTATION

Sur l’écran, l’espace, les étoiles, l’infini. Et puis un texte qui défile, lentement, de bas en haut : "Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…" Qui n’a pas en mémoire l’extraordinaire générique de l’une des sagas les plus légendaires du septième art : la saga Star Wars. Retour sur une épopée intergalactique qui aura marqué d’une empreinte indélébile des millions de cinéphiles à travers le monde.

La saga Star Wars naît en 1973, lorsqu’un certain George Lucas pose les jalons d’une œuvre qu’il voit en neuf épisodes divisés en trois cycles distincts. Pour le cinéaste américain, déjà remarqué dans le monde de la science-fiction grâce au long-métrage THX 1138, cette grande saga se doit de reprendre des thèmes de son enfance qui lui sont chers comme les space-opéras et les soaps, tout en s’inspirant de classiques du septième art (La Forteresse cachée d’Akira Kurosawa, Metropolis de Fritz Lang) et de la littérature (Flash Gordon, Le Seigneur des Anneaux).

Afin de donner corps à son ambitieux projet et d’avoir les pleins pouvoirs sur la saga, George Lucas décide de créer sa propre structure d’effets visuels. En 1975, ILM (Industrial Light and Magic) voit donc le jour et ne va pas tarder à s’imposer au fil des années comme la société incontournable concernant l’utilisation de l’informatique dans le septième art.

Bénéficiant d’une liberté de manœuvre totale, quasiment seul maître à bord, George Lucas peut se lancer dans l’aventure Star Wars. Une aventure dans laquelle il envisage de brasser de nombreux thèmes, tels la lutte du Bien contre le Mal, l’amitié, l’apprentissage de la vie. Le tout transposé dans un univers futuriste original, avec un langage, des créatures et des religions inventés de toutes pièces. Après cinq mois de tournage de mars à juillet 1976 et un budget de 11,5 millions de dollars, l’année 1977 peut alors accueillir une légende enfin prête à éclore : La Guerre des étoiles, premier volet de la trilogie centrale et donc quatrième épisode de la saga, sort aux Etats-Unis. Le reste appartient déjà à l’Histoire. La Guerre des étoiles dépeint un système galactique plongé dans une terrible guerre civile, un monde déchiré entre les forces de l’Empire et quelques rebelles combattant pour ramener la justice et la République au pouvoir.

Avant la sortie du film, les dirigeants de la 20th Century Fox ne croient pas du tout à son succès. Pourtant, ils vont vite devoir se rendre à l’évidence : l’œuvre de George Lucas est un immense succès public. Mieux, elle devient au fil des semaines un véritable phénomène de société.

Enorme succès public, La Guerre des étoiles séduit également les professionnels du septième art. En 1978, c’est la consécration, le film remportant pas moins de sept Oscars, dont les statuettes des meilleurs effets visuels, du meilleur scénario et de la meilleure musique. Une musique inoubliable composée par John Williams, qui sera à l’œuvre sur tous les films de la saga.

Comment expliquer l’extraordinaire succès rencontré par ce premier volet ? Comment expliquer le véritable culte porté par des millions de personnes à travers le monde pour des personnages de science-fiction totalement fictifs, pour ces Luke Skywalker, Han Solo, Darth Vader, R2-D2, Maître Yoda ou autres Obi-Wan Kenobi ? Comment expliquer que cette histoire, dès son premier chapitre, parvient à rassembler une véritable communauté de fans, communauté engendrant au fils des années des milliers de sites internet, de clubs, de conventions ? Sans doute au fait que la saga pose d’emblée les jalons du succès pour toute épopée qui se respecte : des thèmes universels, rassembleurs ; un savant dosage de vedettes reconnues de l’époque (Alec Guiness, Moff Tarkin) et de débutants (Harrison Ford, Mark Hamill) ; un compositeur de légende (John Williams). Et puis le petit signe du destin qui fait que, comme souvent, un projet somme toute risqué et voué à l’échec à première vue devient une œuvre culte plébiscitée aux quatre coins du globe. Ici, pourquoi ne pas remercier le réalisateur français Alain Resnais d’avoir involontairement accéléré la production de la saga, lorsqu’il acquis les droits du comic-book Flash Gordon avant George Lucas ? Pourquoi également ne pas bénir le jeu des chaises musicales propre aux castings hollywoodien qui promit d’abord le rôle du mercenaire Han Solo à Burt Reynolds avant qu’Harrison Ford, dirigé par Lucas dans American Graffiti, ne soit finalement choisi avec le bonheur que l’on sait ?

La suite de l’Histoire ne démentira pas l’incroyable engouement rencontré par le premier volet. En 1980 sort en salles l’Episode V de la saga, réalisé par Irvin Kershner et intitulé L’Empire contre-attaque, qui voit Darth Vader poursuivre sans relâche les rebelles. Trois ans plus tard, Georges Lucas boucle sa trilogie centrale avec Le Retour du Jedi, dont il confie la direction à Richard Marquant et qui marque la révolte des rebelles emmenés par le Jedi Luke Skywalker. Il faudra ensuite attendre seize longues années pour que Lucas se penche (enfin) sur la première trilogie (qui s’intéresse donc à la genèse de La Guerre des Etoiles), L’Episode I - La Menace Fantôme sortant en 1999 et L’Episode II - L’Attaque des Clones en 2002. Pour les trois premiers chapitres de la légende, de nouveaux comédiens sont choisis parmi lesquels Ewan McGregor, Natalie Portman et Liam Neeson.

Au final, la saga Star Wars aura généré des recettes purement phénoménales. Au box-office, la saga aura écrit l’Histoire, quatre des cinq films réalisés jusqu’à aujourd’hui faisant partie du top 30 des plus grands succès de tous les temps au niveau mondial (La Menace Fantôme se plaçant, avec plus de 924 millions de dollars de recettes, au quatrième rang du classement).Si l’on ajoute à cette déferlante en salles les revenus inhérents aux millions de produits dérivés vendus à travers le monde, on imagine sans peine la portée du culte. Mais plus que des chiffres, aussi énormes soient-ils, Star Wars représente un mode de vie, quelque chose d’ancré dans la peau de millions de personnes qui voient en cette saga l’aboutissement de ce que représente le septième art. Une certaine idée de la perfection cinématographique, qui vous touche à jamais et peut par exemple pousser un fan acharné à faire la queue devant un cinéma, anecdote véridique, plus de quatre mois avant la sortie de l’Episode II !

Tout récemment, George Lucas a révélé le titre de l’Episode III, qui sortira dans les salles du monde entier le 19 mai 2005. Il s’ıintitulera La Revanche des Sith, en référence aux maîtres de la face obscure de la Force et ennemis jurés des Jedi. Même si le cinéaste a tiré un trait semble-t-il définitif sur la réalisation de la troisième trilogie, il n’en reste pas moins que, plus que jamais, la légende se poursuit. Et comme le dit l’adage, les vraies légendes ne meurent jamais.

Du même artiste
  • City of Prague Philharmonic – La Saga Star Wars
  • City of Prague Philharmonic – B.O.F Harry Potter - Les Plus Belles Musiques des Films
  • City of Prague Philharmonic – Tout L’univers Star Wars
  • City of Prague Philharmonic – Best Of John Carpenter
  • City of Prague Philharmonic – La Trilogie Des Anneaux
  • City of Prague Philharmonic – La Trilogie Des Anneaux
Cd récents
  • L' Orchestre Paris Tour Eiffel – Romance à Paris
  • Les Misérables – Les Misérables- 2CD
  • Francis LAI – Francis Lai Pop
  • Ocean – C'est la Fin…
  • Georges Delerue – La Promesse de l'Aube (BOF) / Promise at Dawn (OST)
  • Francis LAI – Francis Lai - Anthology
  • Jango Edwards – Radio Jango (12 Crazy perfomances by Jango Edwards)
  • Jean-Claude Petit – Premiers Crus (BOF)
Dvd récents
  • Jango Edwards – TV Jango - The Crazy Best-Of
  • Le Bolchoï – Les Etoiles du Bolchoï - Anthologie
  • Les Chœurs de l’Armée Rouge – Les Choeurs de l'Armée Rouge MVD
  • MAZOWSZE – Mazowsze - DVD
  • Les Chœurs de l’Armée Rouge – DVD Spectacle Intégrale
  • Le Bolchoï – Casse-Noisette
  • Les Chœurs de l’Armée Rouge – DVD-Les Plus Grands Ballets (The Greatest Ballets)
  • Aphrodite – Mélanie Coste : Le Château d'Aphrodite / Aphrodite's Castle